Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2011

Emission n°20 :En live

Un titre doublement evocateur pour cette emission n°20 puisqu'elle a été enregistrée en live et qu'elle traite justement des concerts et plus particulierement du concert donné par King Crimson le 23 novembre 1973 au concertgebouw d'Amsterdam et intitulé "The Night Watch".

Une emission en vie donc et que vous pouvez ecouter ici: Vraiment Autre Chose n°20 Concerts

Mais vous pouvez aussi la telecharger pour ecouter plus tard ici : http://www.mediafire.com/?3goxo6rckeo83v7

On démarre avec notre traditionelle piqure de rappel de l'emission précédente.On avait parlé ici même du double lp "Concerts" d'Henry Cow que Virgin n'avait accepté de distribuer qu'a travers une de ses filiales,ce qui avait engendré une cassure entre la maison de disque et le groupe.On retrouve ici le premier titre de cet album qui réunit en concert le 21 mai 1975 au New London Theatre (le lieu même où sera donné le premier festival RIO) Henry Cow et Robert Wyatt (l'ancien batteur chanteur de Soft Machine et auteur du fantastique Rock Bottom - voire plus bas dans ce même blog).On y retrouve donc Chris Cutler (batterie) , John Greaves (piano,puis basse) , Fred Frith (guitare) , Tim Hodginson (sax) , et l'alchimie entre ces deux voix si originales : Dagmar Krause et Robert Wyatt.    Ils enchainent deux titres : Bad Alchemy et Little Red Riding Hood Hits The Road ,une des pieces phares de Rock Bottom .... Tout simplement magique.

Puis on passe au vif du sujet avec , donc , ce live de King Crimson "The night Watch" qui est pour la petite histoire le nom d'un tableau de Rembrandt exposé dans un musée d'Amsterdam en face de la salle de concert.On y retrouve ce qu'on pourrait définir comme la troisieme mouture de King Crimson.La premiere formation de KC etant celle du monumental premier album " In the court of the crimson king ",la deuxieme part vers des accents plus jazz rock avec entre autres le pianiste Keith Tippett (cf emission jazz prog ) qui donnera In The Wake Of Poseidon ,Lizard, puis Islands.

Ce dernier album sonne le glas de cette mouture de KC , Island rencontre peu de succes et Robert Fripp ne se reconnait plus dans ce travail collectif et se separe des musiciens et du parolier afin de creer une formation autour de son idée de King Crimson.Pour cela il embauche le bassiste John Wetton , qui vivotait jusqu'alors au sein du groupe Family , celui ci se revele un bassiste d'exception doublé d'un excellent chanteur (à mon sens le meilleur de l'histoire de ce groupe).Ils sont rejoint par David Cross qui alterne violon et mellotron et par Bill Bruford , jusqu'alors batteur de Yes.

Cette nouvelle mouture est pour le groupe l'occasion d'une totale remise à zero et le repertoire des concerts est principalement axé sur les albums de ce set up (Larks Tongue In Aspic et Starless And Bible Black,l'album suivant Red sera publié à titre posthume,le groupe ayant annoncé sa séparation peu avant ).Des albums precedents seul l'excellentissime "21st century schizoid man" aura survecu dans leur repertoire live.C'est ici un roi pourpre brut de décoffrage,débarassé des influences outre atlantiques (jazz,blues),et beaucoup plus rock .On l'apprécie d'autant plus dans ce concert avec des versions puissantes et rapides encore plus que sur les albums et leur capacité d'improvisation (sur des themes libres,sur d'anciens titres ou même sur des titres à venir).King Crimson est un groupe qui prend toute sa mesure en concert d'ou l'interet de ce "Night Watch dont on ecoute ici 4 extraits "Easy Money",qu'on redécouvre avec plaisir beaucoup plus profonde et puissante qu'en album ,  suivi d'un "Fracture "de 12 min éblouissant .

On termine la decouverte de cet album en beauté avec Larks Tongue In Aspic part 2 enchainé avec un "21st Century Schizoid Man " quasiment joué en trio et autrement plus puissante que l'originale,ce n'est pas peu dire.

Pour finir , on retrouve avec joie nos pétulants amis Suedois de Samla Mammas Manna , le 13 septembre 1974 à Oslo (Norvege) dans leur formation habituelle (non pas le 4-4-2 ) : Lars Hollmer (clavier,accordeon)Lasse Krantz (basse) , Hasse Bruniusson (Batterie) et Coste Apetrea (guitare)  avec , comme toujours un titre aussi imprononcable qu'improbable : Musmyolkningsmakinen (la machine à lait de souris )

Enfin,on se separe sur une triste nouvelle : l'annonce de la séparation prochaine de Sleepytime Gorilla Museum.Même si un dernier album est annoncé d'ici la,c'est ma foi bien dommage tant ce groupe ne dépareille pas aupres d'Henry Cow ou King Crimson.A leur facon et sur des sonorités plus metal,ils ont fait preuve de brio,d'inventivité(jusqu'à creer leurs instruments)tout au long de leurs 3 albums.Qui a eu le bonheur de les voir en concert ne me contredira pas.On les retrouve en concert on sait pas trop quand (c'est pas precisé sur le cd ) avec leur titre phare Sleep Is Wrong .On retrouve donc Mathias Bossi (Batterie),Carla Kilstedt (violon,chant),Nils Frykdhal (guitare,chant),Michael Mellemberg (guitare,cuivres ou percussions improbables -comme l'evier de cuisine en inox renversé) et Dan Rathburn (basse) .

La prochaine emission sera l'occasion d'une rencontre avec Michel Besset,co organisateur du festival Rock In Opposition de Carmaux et organisateur de concert de musiques radicale (et autres) depuis plus de 30 ans.

 

Les commentaires sont fermés.